Highlights

L’idée d’ordre spontané occupe chez Hayek une place centrale, puisqu’il en fait le fondement à la fois de la science sociale et du libéralisme. Une première partie rappelle qu’il s’agit d’abord d’une notion épistémologique, nécessaire là où les phénomènes deviennent trop complexes pour qu’on puisse en dégager des lois. La seconde partie, qui traite de la théorie de la catallaxie, ou ordre spontané du marché, est centrée sur la notion de concurrence, conçue comme une procédure de découverte apportant une solution au problème posé par la division du savoir et assurant une coordination sans coordinateur. La dernière partie, qui examine les différents types d’intervention, permis ou proscrits, souligne combien le bon fonctionnement de cet ordre spontané dépend en fait de conditions juridiques qu’il est demandé à l’État d’imposer. La conclusion signale deux aspects problématiques de cette théorie. 

Article paru dans Penser l'âme après Kant, Archives de Philosophie — Tome 77, numéro 4 : hiver — octobre-décembre 2014

Qui pourrait sérieusement soutenir que la taille importe peu ? Small is not beautiful. Mais big non plus. C’est la taille moyenne, ni trop petite ni trop grosse, qui serait la bonne. Avec ses 33 barres de 11 étages et ses 2 870 appartements, la cité est invivable. Avec ses quelques maisons et sa place déserte, le village est un cimetière. Vive la ville moyenne. La témérité, c’est trop. La lâcheté, pas assez. Le courage est la juste mesure. Quel est le souverain bien, le plaisir ou la sagesse ? Aucun des deux, répond Platon dans le Philèbe : le premier bien est la mesure (metron), ce qui est mesuré (to metrion) et opportun (to kairion), puis viennent le proportionné (to summetrion), le beau, l’accompli, le suffisant, l’adéquat, et, seulement après, l’intelligence (noûs) et la sage prudence (phronesis). Qu’on s’essaie à parler d’architecture ou de politique, de morale ou d’urbanisme, d’économie ou de pédagogie, de technique, de médecine ou d’écologie, en prenant pour paramètre, c’est le cas de le dire, les notions de petitesse et de grandeur : les résultats sont étonnants ! C’est ce que fait Olivier Rey, mathématicien et philosophe, dans Une question de taille.

Article de Robert Maggiori paru le 19 novembre 2014

Today

Groupe de lecture Auguste Comte

09:30 to 12:30 | IHPST - Salle de réunion

Tonatiuh Useche Sandoval présentera les pages 272-289 du Plan des Travaux.

Seminars & colloquiums

Séminaire PhilMath : Friederike Moltmann

Thursday 27 November 2014 - 10:00 to 11:30 | IHPST - Salle de conférence

Friederike Moltmann (IHPST, CNRS) interviendra sur le sujet : "Number terms as proper names".

In this talk, Friederike Moltmann will review her arguments for number terms being nonreferential in Moltmann (2013a, b) within the greater perspective of (my) recent work on proper names. She will argue that some of those arguments have to be reinterpreted: they show that number terms are mass (or number-neutral) terms in certain languages rather than showing their nonreferentiality.

Séminaire du centre Cournot : Quelle sortie de crise ?

Thursday 27 November 2014 - 18:00 to 20:00 | IHPST - Salle de conférence

Published works

Hosted websites