Soutenance de thèse : Marie Darrason

Marie Darrason soutient sa thèse de philosophie des sciences. Cette thèse dirigée par Jean Gayon (Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) s’intitule « Y a-t-il une théorie génétique de la maladie ?». La soutenance se tient le 2 juillet 2014 à 14H au Centre Panthéon Sorbonne (12, place du Panthéon 75005 Paris), en salle 6 (escalier M, 2ème étage) et elle sera suivie d’un pot.

Le jury sera composé de :

- Laurent ABEL, Directeur de recherche à L’INSERM
- Giovanni BONIOLO, Professeur à l’Université de Milan, Italie
- Jean GAYON, Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
- Maël LEMOINE, Maître de Conférences (HDR) à l’Université de Tours
- Sandra MITCHELL, Professeur à l’Université de Pittsburgh, USA
- Michel MORANGE, Professeur à l’Ecole Normale Supérieure de Paris


Résumé : Y a-t-il une théorie génétique de la maladie ?

Alors qu’il n’existe pas de définition consensuelle du concept de maladie génétique, ce concept s’est progressivement élargi pour désigner des maladies communes, non héréditaires, non mendéliennes et polygéniques, aboutissant à une généticisation des maladies. Pour résoudre ce paradoxe de la génétique médicale contemporaine, les philosophes réfutent généralement cette généticisation comme une extension génocentriste abusive du concept de maladie génétique et cherchent à redéfinir un concept plus strict de maladie génétique. Nous montrons que cette stratégie échoue et proposons au contraire d’abandonner le concept de maladie génétique et de supposer que la généticisation révèle l’élaboration d’une explication du rôle commun des gènes dans toutes les maladies, que nous appelons une « théorie génétique de la maladie ». Nous définissons les conditions de possibilité et les critères nécessaires d’une théorie génétique a minima et aboutissons à un spectre des théories génétiques possibles. Nous proposons alors de tester si la généticisation des maladies révèle plutôt une théorie génétique des maladies, c’est à dire un ensemble de théories génétiques spécifiques à chaque classe de maladie, ou une théorie génétique de la maladie, reposant sur une définition générale de la maladie qui unifie le rôle commun des gènes dans toutes les maladies. Pour ce faire, nous analysons deux exemples de théories génétiques contemporaines : la théorie génétique des maladies infectieuses et la théorie génétique de la médecine des réseaux. Nous concluons à la coexistence nécessaire de plusieurs formes de théories génétiques dans la littérature biomédicale contemporaine.

Informations pratiques
Friday 7 February 2014
Centre Panthéon-Sorbonne - 12 place du Pathéon - Paris - salle 6