Cahiers de recherche

Responsable (s):

Auteur : Philippe Mongin
L'article compare philosophiquement la théorie mathématique de la décision individuelle, d'une part, et la conception psychologique ordinaire de l'action, du désir et de la croyance, d'autre part. Il délimite plus strictement son objet en étudiant, sous cet angle comparatif, le système de Savage et son concept technique de probabilité subjective, rapporté, comme chez Ramsey, au modèle élémentaire du pari. 

Responsable (s):

Auteurs : Mikaël Cozic et Paul Egre
On reconnaît généralement que la thèse d’Adams est convaincante du point de vue linguistique pour les conditionnels simples dont l’antécédent et le conséquent sont factuels. Nous proposons une dérivation de la thèse d’Adams à partir de l’analyse Kratzer-Lewis des clauses conditionnelles comme des restricteurs de domaine, appliquée aux opérateurs probabilistes. 

Responsable (s):

Auteur : Franz Dietrich et Kai Spiekermann
Suivant un argument caractéristique de l’épistémologie sociale, les procédures de décision démocratiques se justifieraient par la « sagesse des foules » : une décision aurait d’autant plus de chance d’être correcte qu’elle se fonderait sur des opinions indépendantes multiples. Mais que signifie cette propriété d’indépendance ? Des opinions peuvent ne pas être indépendantes en probabilité, ce qui menace de détruire la « sagesse des foules », même si les individus ont formé leurs opinions de manière causalement séparée. 

Responsable (s):

Auteur : Brian Hill
Nous modélisons la confiance d’un décideur dans ses jugements de probabilité à l’aide d’une mesure d’implausibilité – une fonction réelle défi nie sur l’ensemble des mesures de probabilité. Nous axiomatisons une règle de décision selon laquelle l’évaluation d’un acte par un agent dépend de l’ensemble de mesures de probabilité déterminé par sa mesure d’implausibilité ainsi que par les enjeux de l’acte.

Responsable (s):

Auteur : MIkaël Cozik
La présente étude (à paraître dans A. Barberousse & ali., Précis de philosophie des sciences, Vuibert) est consacrée à la méthodologie de l’économie. Le fil directeur en est donné par le « problème de Mill généralisé » : l’économie (positive) obéit-elle aux canons méthodologiques de la science empirique ? 

Responsable (s):

Auteurs : Philippe Mongin et Franz Dietrich
La théorie de l’agrégation des jugements, ou, comme elle est ici conçue, de l’agrégation logique, généralise celle du choix social en faisant porter la règle d’agrégation sur des jugements quelconques au lieu des seuls jugements de préférence. Elle procède du paradoxe doctrinal de Kornhauser et Sager et du dilemme discursif de Pettit, que l’article réexpose en soulignant leurs différences conceptuelles.

Responsable (s):

Auteur : Philippe Mongin
Depuis que Bates, Greif, Levi, Rosenthal and Weingast ont collectivement publié l'ouvrage Analytic Narratives en 1998, les politologues et les historiens ont débattu de leur méthode, qui consiste pour l'essentiel à se servir de la théorie des jeux pour construire des études de cas en histoire économique et politique. 

Responsable (s):

Auteur : Mikaël Cozik
La présente étude (à paraître dans A. Barberousse & ali., Précis de philosophie des sciences, vol.1, Vuibert) est consacrée aux théories contemporaines de la confirmation. On y présente l’objectif général que poursuivent, depuis le texte fondateur de Hempel (1945), ces théories, ainsi que les principales tentatives proposées pour atteindre cet objectif.

Responsable (s):

Auteur : Mikaël Cozik
L’objet de cet article est de présenter et discuter les objections d’inspiration anti-réaliste (ou instrumentaliste) qui sont adressées au programme de modélisation de la « rationalité limitée » (Simon, 1955) dans les sciences de la décision – et en particulier dans les sciences économiques.

Responsable (s):

Auteur : Cédric Paternotte
Alors qu’il existe de nombreuses définitions d’une action coopérative (ou action conjointe), elles en fournissent pour la plupart des conditions suffisantes sans donner de détails sur ses conditions nécessaires. Dans cet article, nous décrivons et caractérisons une forme minimale de coopération, correspondant aux actions de masse impliquant un grand nombre d’agents, telles des manifestations. 

Pages