PAROT Françoise

Maîtresse de Conférences, Histoire de la psychologie, Institut de Psychologie, Université Paris V-Descartes

Les travaux de Françoise Parot concernent l’histoire et l’épistémologie de la psychologie scientifique telle qu’elle s’est développée dans les domaines anglophones et français au 19ème et au 20ème siècles. Après une thèse de psychologie expérimentale sur la psycholinguistique chomskyenne, elle a étudié les contributions de Watson et Skinner à la psychologie américaine et les a mis en perspective avec celles de psychologues français comme Piéron d’une part, mais aussi avec les travaux de réflexologistes russes comme Pavlov dans le domaine des thérapies cognitives et comportementales. Ces études l’ont conduite à la traduction de textes de Skinner mais aussi la constitution, sur de longues années, des fonds d’archives de psychologues français (Piéron, Wallon et Meyerson) et d’institutions (Institut de Psychologie ; Institut National d’Orientation Professionnelle).

La question du pouvoir causal de l’esprit, centrale pour le behaviorisme et le cognitivisme, l’a menée à s’intéresser à l’attribution à l’esprit humain, lors de la période fondatrice de la psychologie scientifique (la fin du 19è siècle), de pouvoirs spécifiques de l’esprit, sur lesquels l’expérimentation était difficile (télépathie, spiritisme) ; on trouve de nombreuses traces, dans les archives de psychologues, de l’importance de cette question lors de la fondation des institutions qui ont fait cette psychologie.

Dans le cadre de cette recherche sur les études de l’esprit humain, Françoise Parot travaille depuis plusieurs années sur la psycho-physiologie du rêve et du sommeil paradoxal, y compris sur les travaux les plus récents de la neuropsychanalyse et de la neuroimagerie fonctionnelle. Enfin, F. Parot a longuement étudié les travaux d’un psychologue français, Ignace Meyerson, dont l’influence a été décisive dans l’Entre-deux Guerres mais qui a été écarté de la psychologie scientifique française alors même qu’il était considéré par les historiens comme l’un des inspirateurs de l’Ecole des Annales. I. Meyerson, auteur entre autres d’une thèse sur les Fonctions psychologiques et les oeuvres, proposait à la psychologie scientifique une étude objective des fonctions de l’esprit humain par le biais de ses ??uvres (religions, ??uvres esthétiques, philosophie, rêves, etc.) ; sa correspondance tant avec Piaget qu’avec Cassirer, Blondel, Lévy-Bruhl ou Marc Bloch explicite sa position, de même que les cours qu’il a donnés à l’EPHE dont F. Parot a publié la livraison de 1975-1976.

Elle est aujourd’hui co-responsable d’un programme de recherche (dirigé par Jean Gayon et qui relève d’une A.C.I.) sur la notion de fonction dans les sciences humaines, biologiques et médicales, dans lequel elle consacre ses recherches personnelles à l’histoire du fonctionnalisme en psychologie, aux fonctions du rêve et du sommeil paradoxal et aux fonction du symptôme pathologique dans le cadre des thérapies cognitivo-comportementales. Par ailleurs, elle a entrepris d’étudier, du point de vue de l’épistémologie historique, l’émergence d’une discipline nouvelle, la psychologie évolutionniste.

Research Team(s)