MISKIEWICZ Wioletta

Chargée de recherche, visiting professor, CNRS Paris, University of Warsaw

Wioletta Miskiewicz est responsable du projet international "e-LV" consacré à la numérisation et l’exploitation scientifique des archives de Kazimierz Twardowski et de ses différents disciples (http://www.elv-akt.net/).

Wioletta Miskiewicz est chercheur au CNRS. Après des études à l’Institut de Philosophie de l’Université de Varsovie, des séjours à Cologne (Archives Husserl) et à Heidelberg (chez H.-G. Gadamer) et une bourse de recherche dans les Archives Husserl à Louvain-la-Neuve , Wioletta Miskiewicz a soutenu un doctorat de troisième cycle à la Sorbonne : La phénoménologie du temps : une reconstruction du concept de perception.
En 1990/1991, elle a suivi une formation en psychiatrie à la Faculté de Médecine de l’Université d’Ulm (2 ème cycle des études médicales) et en 2000 soutenu un second doctorat (« nouveau régime ») : Le projet de la phénoménologie de la raison et le paradigme représentationnel de la philosophie de la conscience (La philosophie de Husserl dans le contexte théorique du cognitivisme).
Professeur invité à l’Institut de Philosophie de l’Université de Varsovie, elle a demandé en 2004 sa mutation des Archives Husserl de Paris (CNRS/ ENS) vers l’IHPST.
L'articulation réciproque de la phénoménologie husserlienne et de la philosophie analytique polonaise constitue l'axe principal des recherches de Wioletta Miskiewicz. Ses travaux historiques portent actuellement sur Kazimierz Twardowski (1866-1938) et ses élèves (l’École de Lvov-Varsovie) et visent à montrer l'originalité et l’exceptionnelle richesse théorique (surtout dans le domaine de l'épistémologie et de la philosophie des SHS) de ce milieu philosophique trop souvent réduit à ses fameuses contributions en logique; elle cherche à promouvoir l'idée de la phénoménologie analytique. Wioletta Miskiewicz a également publié sur l’art contemporain, qui pose d’une manière aiguë le problème de la perception et de l’identité matérielle de l’oeuvre d’art. Dans ce contexte elle étudie tout particulièrement l'oeuvre de Roman Ingarden et de Leopold Blaustein.
En 2005 elle a crée les Archives e-LV dont elle assume depuis la responsabilité. Son travail dans le domaine des Humanités numériques a nécessité des recherches exploratoires sur l'intégration et l'interopérabilité des ressources numériques dans les SHS et, afin de garantir la pérennité des documents, a imposé le choix de TEI (Text Encoding Initiative) comme grammaire de description des fichiers XML. L'édition des premiers manuscrits en XML/TEI est en cours aux Éditions e-LV sous sa direction. Depuis novembre 2010, le site e-LV fait partie de la grille ADONIS (CNRS).

Équipe(s) de recherche