EVO-ECO : Théorie de l’évolution biologique et théorie économique: modalités, fondements et perspectives d’une relation à double sens

Coordinateur (s)
Informations complémentaires
Période: 
20082011
Présentation

Obtenu en 2008. Resp. J. Gayon. A débuté à l’Automne 2008. 

Ce programme a pour but d’étudier les relations entre théorie contemporaine de l’évolution et théorie économique selon trois axes : 
- « De la théorie économique à la biologie de l’évolution » : origine et statut épistémologique des concepts économiques dans la théorie contemporaine de l’évolution,
- « De la théorie de l’évolution à l’économie » : examen des fondements de « l’économie évolutionnaire » ,
- « Cas-test : les études sur la coopération ». 

Le programme associe : 
- des économistes (B. Walliser, A. Orléan, Ecole d’économie de Paris), 
- des biologistes évolutionnaires (R. Ferrière, S. de Monte, ENS), 
- des philosophes de la biologie (J. Gayon, P. Huneman, C. Malaterre, IHPST, O. Perru, Un. Lyon 2),
- des philosophes de l’économie (M. Cozic, IHPST & C. Paternotte, Post-doc à Bristol).


Axe 1 : de l'économie à la biologie évolutionniste

Axe coordonné par Philippe Huneman (philosophe de la biologie, Chargé de recherche, IHPST), Jean Gayon (Philosophe de la biologie, Professeur, IHPST), et Silvia de Monte (biologiste, Chargée de recherche, Département de biologie, École Normale Supérieure).

La biologie évolutionniste utilise, depuis le milieu du XIXe siècle, de nombreux concepts et méthodes économiques. Deux tendances se dégagent dans l'importation de concepts économiques au sein de la biologie évolutionniste contemporaine :

  • Le développement de la théorie évolutionniste des jeux, suite à son introduction par Maynard Smith (1982) et au remplacement de la notion économique d'utilité par la notion biologique de fitness, et au principe de rationalité par le principe de sélection naturelle. 
  • L'importation d'autres concepts comme, par exemple, la notion de division du travail pour analyser l'émergence de la multicellularité, la notion de coopération dans le cas du mutualisme entre espèces et de l'altruisme.


Nous proposons de poursuivre trois questions de recherche :

  1. La classification des concepts et des modèles économiques en biologie évolutionniste (problèmes sémantiques), et en particulier de notions comme « trade-off », « market », « cost/benefit », pouvant conduire à des clarifications conceptuelles,
  2. Le statut des théories économiques en biologie (problèmes épistémologiques), et tout particulièrement de l'analogie entre utilité et fitness proposée par Maynard-Smith,
  3. Les limites de la pensée économique en biologie, comme par exemple des approches coûts/bénéfices critiquées pour ne pas prendre en compte toute la réalité biologique.

Axe 2 : de la biologie évolutionniste à l'économie

Axe coordonné par Mikaël Cozic (philosophe de l'économie, Maître de conférence, U. Paris 12) et Bernard Walliser (Économiste, Professeur, École Nationale des Ponts et Chaussée).

Cette axe est symétrique du précédent et concerne l'influence exercée par la biologie évolutionniste sur l'économie. Il est structuré autours de trois domaines de recherche : 

  1. L'idée initiale : l'évolution des marché vue comme sélection naturelle. Cette analogie est a l'origine de tout un domaine de l'économie contemporaine, l'économie évolutionniste, et suscite plusieurs questions : quel est son contenu exact ? Quelles sont ses limites ? Est-il possible de développer une approche évolutionniste générale pour la justification du comportement optimisateur d'agents rationnels sur les marchés ?
  2. La méthodologie de l'économie évolutionniste. Comment décrire précisément les propriétés abstraites des modèles de l'économie évolutionniste ? Quels sont les principaux types de processus évolutionnistes ? Comment ces processus sont-ils reliés entre eux ? Quelles sont les principales divergences avec l'économie orthodoxe ? Quelles sont les relations entre les propriétés des modèles de l'économie évolutionniste et celles des modèles de la biologie évolutionniste ? 
  3. L'émergence des institutions. Comment une institution apparaît-elle d'un état sous-jacent d'équilibre pour devenir une entité séparée ? Comment une institution émergente devient-elle une entité normative et acquiert-elle une légitimité ? Comment les institutions co-évoluent-elles ?

Axe 3 : la coopération comme cas d'école

Axe coordonné par Cédric Paternotte (philosophe de l'économie, Post-doc, Un. Bristol), Régis Ferrière (biologiste, Professeur, Département de biologie, École Normale Supérieure), et Philippe Huneman (philosophe de la biologie, Chargé de recherche, IHPST).


L'étude de la coopération est un exemple paradigmatique des relations complexes entre la biologie et l'économie, et tout particulièrement entre la théorie de l'évolution et la théorie des jeux. La notion de coopération, même en biologie, est définie par les notions économiques de coût et de bénéfice. A ce jour, un grand nombre de modèles évolutionnistes ont été proposé pour expliquer la coopération. Nous proposons de développer des outils mathématiques et de simulation pour étudier la dynamique co-évolutionniste de la coopération et du networking. Notre recherche est guidée par quatre grandes questions : 

  1. Quand la plasticité sociale évolue, quel est l'ensemble des éléments dont la sélection naturelle favorise l'utilisationQuelles sont les règles de réponses dont on peut s'attendre à ce qu'elles évoluent ? 
  2. Doit-on s'attendre à une diversification ? Autrement dit à la coexistence de différentes stratégies de coopération et de networking ? Si oui, des corrélations sont elles probables entre ces stratégies ?
  3. Quelles sont les conséquences du processus co-évolutionniste pour la topologie, l'hétérogénéité, et la dynamique du réseau ? 
  4. Comment les processus et dynamiques co-évolutionnistes sont-ils susceptibles d'être influencés par les paramètres du systèmes : échelles de temps comportementales, renouvellement démographique, ressources environnementales ?

Réalisations

Responsables : Mikaël Cozic, Philippe Huneman, Johannes Martens
Axe de recherche : Philosophie de la biologie et de la médecine

Les séminaires ont eu lieu de 2008 à 2011.