Logiscience

Coordinateur (s)
Présentation

Le projet Logiscience a pour objectif d’apporter une nouvelle réponse à la question traditionnelle de la nature de la logique et de son rapport aux autres sciences. Son objectif est d’examiner la question « qu’est-ce que la logique ? » à la lumière des développements les plus récents de la logique, notamment dans les domaines non classiques : logique épistémique, logique dialogique, logique dynamique, relation à la théorie des jeux, logiques à information incomplète, etc. Ce projet comporte un volet historique (histoire de la philosophie des sciences) qui vise une nouvelle lecture de l’empirisme logique et les approches logiques de la science : histoire des approches logiques de la science chez les empiristes logiques, leurs prédécesseurs, leurs héritiers ; histoire des rapports entre logique et science dans la tradition des auteurs qui, en philosophie des sciences, ont fait de la logique un instrument d’analyse privilégié.

Certaines des thèses centrales de l’empirisme logique (celui de Carnap en particulier) qui ont, pendant un certain temps, été déconsidérées, méritent de faire l’objet d’une réévaluation, ce qui appelle une enquête de nature historique. De fait, la réévaluation de l’empirisme logique est un travail qui a été entrepris ces dernières années par des auteurs comme Thomas Uebel (Rediscovering the Forgotten Vienna Circle, 1991), Michael Friedman (Reconsidering Logical Positivism, 1999), ou Alan Richardson (Carnap’s Construction of the World, 1998, et avec R. Giere, Origins of Logical Empiricism, 1996), et qui est loin d’être achevée. Nous nous proposons de contribuer, par des thèses originales, à cette réévaluation (cf. Bonnet et Wagner, L’??ge d’or de l’empirisme logique, 2006) en nous concentrant sur des questions comme celles de la logique de la science, de la distinction entre sciences formelles et sciences du réel, ou encore de l’usage de la logique pour la définition des concepts scientifiques et la représentation des théories. Au niveau international, la recherche est déjà engagée dans cette direction comme l’attestent par exemple les travaux de Hannes Leitgeb à Bristol (« Rise from the dead? Carnap's "Logischer Aufbau" resurrected », 2005) ou de chercheurs comme André Carus, Steve Awodey, Erich Reck ou Warren Goldfarb. En France, l’IHPST est l’une des rares équipes qui travaille dans ce domaine et qui soit capable de donner une impulsion significative à cette voie de la recherche.