Un bilan interprétatif de la théorie de l'agrégation logique

Coordinateur (s)
Présentation

Auteurs : Philippe Mongin et Franz Dietrich
DRI-2010-01

La théorie de l’agrégation des jugements, ou, comme elle est ici conçue, de l’agrégation logique, généralise celle du choix social en faisant porter la règle d’agrégation sur des jugements quelconques au lieu des seuls jugements de préférence. Elle procède du paradoxe doctrinal de Kornhauser et Sager et du dilemme discursif de Pettit, que l’article réexpose en soulignant leurs différences conceptuelles. Il reproduit ensuite les grandes étapes techniques de la théorie, depuis son premier théorème d’impossibilité, chez List et Pettit, jusqu’aux résultats entièrement généraux de Dietrich et Mongin. Il met en relief la réalisation collective du théorème canonique – par Dietrich et List, Dokow et Holzman, Nehring et Puppe – qui a donné sa méthode d’analyse à la théorie : elle consiste à caractériser mathématiquement les agendas d’impossibilité d’un agrégateur donné, c’est-à-dire les ensembles de propositions tels qu’il n’existe pas de fonction de jugement collectif vérifiant une certaine liste de conditions axiomatiques. La théorie est ici unifiée par le traitement logique, dont on explique la pertinence, et par la distinction indiquée entre le paradoxe doctrinal et le dilemme discursif, que l’on réélabore techniquement.